3 mars 2018

Hypertension artérielle : le réflexe potassium

En médecine, la nutrition est peu approfondie, rarement maîtrisée (mais où l’est-elle vraiment ?) mais il existe quelques réflexes reptiliens transmis de pair à pair. Un même stimulus entraînant la même réponse : c’est le cas de l’hypertension artérielle et du sel. Une prise de tension anormalement élevée a toutes les chances de déboucher sur au moins un conseil alimentaire : réduire la consommation de sodium et donc de sel. C’est un bon conseil étayé par des preuves épidémiologiques et cliniques. Mais ce qui me chagrine, c’est qu’il n’y a pas de raison qu’un autre conseil ne soit pas tout autant délivré : celui d’augmenter les apports en potassium. Pourtant, le potassium bénéficie des mêmes preuves que le sodium. Et les apports en potassium sont très souvent déficients alors que ceux de sodium excédentaires : ce sont tous deux des déterminants modifiables.

Une étude récente "en vie réelle" en rajoute une couche [1] : au lieu d’estimer les apports en sodium/potassium à l’aide de questionnaire alimentaire (sujet à de nombreux biais de mémorisation, de déclaration…), ils ont exploité un marqueur objectif de la consommation de sodium et de potassium en mesurant les quantités excrétés dans les urines. En effet, 90-95% du sodium et 77-90% du potassium sont excrétés par voie urinaire, représentant mieux leurs apports que la déclaration des aliments que l'on consomme. Résultat : pour chaque augmentation d’1 gramme consommé, la pression systolique diminue et augmente d’environ 4 mmHg respectivement pour le potassium et le sodium. Par exemple : vous mangiez habituellement 2 g de potassium par jour et vous avez une systolique de 136 mmHg. Si vous passez à 4 g, vous pourriez voir votre pression systolique passer à 128 mmHg (en tout cas d'après le modèle de la régression linéaire !). On a aussi un effet favorable sur la pression moyenne. Il y a des limites à l'étude mais je n'entre pas dans les détails (on m'a demandé de faire simple !). Forcément, une réduction du sodium conjointe à une augmentation du potassium sera encore plus puissante pour réduire la tension artérielle [2].

Le message c'est que le potassium mérite autant d’attention que le sodium. Et alors que la recommandation sur le sel sera souvent perçue comme une privation, celle sur le potassium pourra être une porte d’entrée vers une alimentation revue en profondeur (fruits, légumes, légumineuses, noix). Car oui, on ne recommande pas de se supplémenter en potassium : une bonne alimentation en apporte largement (aucun sens de supplémenter une mauvaise diète), et évite les risques d’un excès. Important à savoir : si vous diminuez votre rapport sodium/potassium, il est normal d’aller plus souvent aux toilettes. Comme lorsqu’on prend un diurétique hypotenseur, le mécanisme est rénal.


[1] Jackson, S. L., Cogswell, M. E., Zhao, L., Terry, A. L., Wang, C. Y., Wright, J., ... & Loria, C. M. (2018). Association Between Urinary Sodium and Potassium Excretion and Blood Pressure Among Adults in the United States: National Health and Nutrition Examination Survey, 2014. Circulation, 137(3), 237-246.

[2] Perez, V., & Chang, E. T. (2014). Sodium-to-potassium ratio and blood pressure, hypertension, and related factors. Advances in nutrition, 5(6), 712-741.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire